Un si long entre-deux-tours


14 avril 2020

Le 15 mars 2020, près de 5 000 communes devaient se préparer à l’organisation d’un second tour d’élections municipales, finalement reporté par le confinement national. Depuis ce dimanche de mars, nous vivons un entre-deux-tours à durée indéterminée. Le décret du 17 mars 2020 a abrogé un précédent décret prévoyant la convocation des électeurs au second tour puis, un projet de loi a prévu son report au plus tard au 20 juin. Un report après cette date nécessiterait la réorganisation des élections dans leur ensemble, annulant les résultats du premier tour.

L’incertitude de la situation électoralecontraste avec la nécessaire stabilité de la politique menée par les communes en cette période. De nombreuses municipalités se sont adaptées aux besoins des habitants et accompagnent les populations à risque : portage de repas à domicile, distribution de matériels de protection aux personnels municipaux et transmission d’information sur la disponibilité des services publics. La vie des commerces est également un enjeu essentiel du confinement. Contraints de s’adapter aux distances de sécurité, des boulangeries, épiceries, pharmacies ou bureaux de tabac continuent pourtant leur activité et les municipalités les soutiennent en les mettant en avant, sur leurs réseaux sociaux ou dans des courriers adressés à chaque foyer.

A l’heure où nous n’avons jamais été autant connectés au monde grâce à nos outils numériques, nous avons également l’opportunité de créer ou recréer un lien local fort maintenant et après la crise. Des plateformes d’entraide sont mises en place par les mairies ou les particuliers pour permettre aux personnes le désirant d’apporter leur aide autant que possible, en confectionnant des masques, en rendant service aux personnes âgées ou isolées ou encore en mettant en place des gardes d’enfants.

Le confinement doit permettre de concrétiser des espoirs fondés pour les communes : un dynamisme économique mieux réparti sur le territoire, une plus grande digitalisation des démarches administratives municipales, ou encoreune part suffisante de services et commerces de proximité. La charge de cette concrétisation revient non seulement aux équipes municipales, mais aussi à la confiance et la décentralisation de l’Etat, ainsi que le soutien des particuliers et entreprises.

Cette semaine, Asterès republiera ses travaux sur le développement économique local : Comment dynamiser le territoire Ouest-Hérault ? Le développement d’espaces verts par les communes crée-t-il de la valeur ? Comment faire du vieillissement d’un territoire un atout ? 

Constance Péruchot

Chargée de mission

Continuer la lecture

Comment agir face à la crise?

7 avril 2020

Après trois semaines de confinement, l’économiste Pierre Bentata livre une analyse des conséquences économiques de la crise sanitaire actuelle. Le…