Assurance-chômage: une réforme sans tabous


8 décembre 2017

Sur 3 millions de chômeurs, près de la moitié l’est depuis plus d’un an et un quart depuis plus de deux ans. afp.com/PHILIPPE HUGUEN

 

Des réformes de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’assurance-chômage vont dépendre la prospérité et l’influence de la France ces vingt prochaines années. Ces réformes doivent donc être ambitieuses et intelligentes et les débats qui les précèdent exhaustifs et sans tabou. Or c’est ce dernier point qui constitue l’écueil le plus évident. En effet, s’il existe une exception française, elle réside dans notre difficulté à nommer les problèmes. Voyez comme l’opprobre vient de tomber sur Luc Ferry pointant du doigt l’impossibilité d’enseigner dans certains de nos quartiers. Le traitement adéquat des sujets passe pourtant par le fait de formuler les choses : la formation professionnelle se sert pas ses objectifs ; l’apprentissage n’a pas fait l’objet de politiques publiques sérieuses ; l’assurance-chômage contribue au chômage.

 

Au préalable de ces réformes, les Français doivent trancher un débat qu’ils n’ont jamais posé : notre société doit-elle privilégier le travail ou le chômage ? Les bien-pensants diront que les deux ne s’opposent pas et que le génie d’un pays riche est de proposer des emplois bien rémunérés, agréables et, le cas échéant, une indemnisation chômage généreuse. Cet « idéal-régulateur » est peut-être atteignable là où le chômage est résiduel, mais il ne peut faire l’objet d’une politique économique concrète pour la France. Sur 3 millions de chômeurs, près de la moitié le sont depuis plus d’un an et un quart depuis plus de deux ans. La productivité de ces personnes s’est affaiblie. Leur salaire de réembauche ne peut être équivalent à celui qu’elles percevaient avant de perdre leur travail. La question est donc bien de savoir si, collectivement, nous souhaitons mettre en place une politique de retour à l’emploi pour tous.

 

Dans son ouvrage Heureux comme Crésus (Eyrolles, 2014.), Mickaël Mangot nous donne utile matière à réflexion. Il fait état de deux études qui portent sur les réformes Hartz allemandes. La première conclut que la satisfaction de vie des personnes qui travaillent dans « petits jobs » est supérieure à celle des chômeurs aux revenus identiques, et ce, quel que soit le type d’emploi considéré. La seconde aboutit à des conclusions comparables quoique plus nuancées. Les chômeurs qui travaillent dans le cadre des emplois à 1 euro (ceux qui ajoutent 1 ou 2 euros de rémunération horaire à leurs indemnisations et allocations) sont plus satisfaits de leur situation que les autres. Néanmoins, le niveau de satisfaction dépend de l’emploi occupé : il est plus élevé quand l’emploi correspond aux compétences du salarié et lui permet d’espérer trouver un emploi moins précaire à l’avenir.

 

Ce type d’études devrait également nous inciter à traiter sérieusement la question des emplois non pourvus. En effet, chaque semaine, à Paris comme en province, je rencontre des dirigeants de PME qui se plaignent de ne pouvoir développer leur entreprise faute de main d’œuvre. C’est parfois le manque de personnes qualifiées qui est en cause mais pas toujours. Certains de nos concitoyens ont du mal à se convaincre que subir deux heures de transport par jour est un sacrifice modéré au regard de la satisfaction de participer, en travaillant, à la marche du monde. Le Conseil d’Orientation pour l’Emploi (COE) écrivait en 2013 que 400 000 recrutements étaient abandonnés chaque année faute de candidats. Si l’actualisation nécessaire du rapport du COE confirmait ou révisait à la hausse ce chiffre, le Gouvernement devrait faire preuve de courage et rendre dégressive, par exemple à partir de 12 mois, l’indemnisation du chômage. La majorité présidentielle veut incarner une « nouvelle » façon de faire de la politique. Elle dispose avec ces réformes d’une occasion inespérée de concrétiser ce souhait.

 

Article publié dans L’Express le 29 novembre 2017

 

 

Continuer la lecture

La Grèce va mieux, aidons-la

13 juin 2018

  Athènes souffre d’une piètre réputation. La ville encaissée, serait polluée, dégradée. C’est vrai mais c’est aussi une grâce d’être…