Alerte éco – Ne vois-tu rien venir ? La reprise molle


Alerte éco
25 mars 2015

L’Insee a publié ce matin le climat des affaires du mois de mars 2015.

En mars 2015 le climat des affaires s’améliore, après trois mois de stabilité. Dans le détail il augmente dans le commerce de gros et de détail et dans les services quand il baisse dans l’industrie et reste stable dans le bâtiment.

–  L’amélioration de la situation conjoncturelle est portée par l’environnement international : baisse des prix du pétrole, baisse de l’euro et reprise chez certains voisins européens (Espagne notamment). Le retour d’une croissance économique ténue (nos prévisions tablent sur 1,1% en 2015 en France) devrait reposer en premier lieu sur le commerce international puis en second lieu sur le gain de pouvoir d’achat suscité par la baisse des prix à la pompe (qui ont reculé de 11% en un an).

–  L’évolution positive de la situation internationale, cumulée aux effets de la baisse des charges (CICE puis Pacte de Responsabilité), favorisent un retournement des indicateurs de conjoncture, un à un. Le nombre de chômeurs a baissé en janvier, l’inflation sous-jacente (qui révèle l’évolution profonde des prix) a augmenté (+0,2% en février) tout comme la consommation des ménages (+0,6% en janvier).

–  Ne voit-on rien venir ? Si, un fragile pourcent de croissance. Si le retournement de la conjoncture commence à se clarifier, l’accumulation de bonnes nouvelles internationales ne devrait pas permettre une croissance bien supérieure à 1% pour 2015. Automatiquement, le chômage ne devrait pas baisser significativement. Le retournement conjoncturel est une excellente nouvelle mais met tristement en lumière l’ampleur du chantier de politiques publiques à mener : quand tout concorde à une reprise, les perspectives de baisse du chômage sont presque nulles.

–  Bonne nouvelle à court terme, la légère reprise économique qui s’annonce est-elle bénéfique à long terme ? Une croissance ténue porte un risque : elle ne change pas fondamentalement la situation des demandeurs d’emploi, des travailleurs précaires, des chefs d’entreprises en difficulté, des finances publiques, mais elle permet aux décideurs politiques de tourner la page de la « crise » et de se dispenser de réformes structurelles. Le retournement conjoncturel est en cours. Espérons qu’il ne soit pas l’occasion d’attendre simplement la prochaine présidentielle en se tournant les pouces.

 

 

Les hausses sans suite du climat des affaires – Insee

Climat aff

 

Commentaire graphique :

Le simple retournement du climat des affaires ne suffit pas à conclure à une reprise. Historiquement, le climat a pu remonter sur un, deux ou trois mois avant de plonger à nouveau. Conclure à une reprise prochaine tient aux causes sous-jacentes du retournement. En l’occurrence la baisse de l’euro et du pétrole, la reprise chez certains voisins et les fruits de la baisse des charges. Même si elle est ténue et dépend de facteurs majoritairement exogènes, la « reprise » semble viable.

Continuer la lecture

Leçons chiliennes

7 mai 2019

J’étais récemment à Punta Arenas, dans le sud du Chili, ville de 125 000 habitants où, à la fin de…